top of page

Intercesseur, 2022, souche, pierres, pelage, plumes, 145 x 100 x 50 cm

press to zoom

Hu2 #8, 2021, impression sur aluminium blanc, dimensions variables

press to zoom

Si muove, 2021, stalactites issues de blockhaus, tiges de métal, fils, moteur, dimensions variables

press to zoom

Xylème, 2021, troncs, branches, lasure, miroir

press to zoom

Ampholyte, 2021, concrétions calcaires, eau, encre de Chine, 200 x 230 x 20 cm

press to zoom

Soleil vert, 2020, Gogottes, Néoaridina, Cladophora Aegagrophila, néon, aquarium, 30 × 40 × 30 cm

press to zoom

Lignum, 2020, installation, troncs, dimensions variables

press to zoom

Prunus avium #2, 2020, écorce de merisier, 270 x 110 cm

press to zoom

Aven #7, 2020, impression sur aluminium brossé, 28 x 32 cm

press to zoom

Réversion, 2019, co-réalisé avec Emma Loriaut, aquariums, socles, pierres, chimies, 50 x 50 x 180 cm Vue d'exposition, Festival Berlin Atonal 2019 © Rebecca Crawford

press to zoom

Réversion, 2019, détail, co-réalisé avec Emma Loriaut, aquariums, socles, pierres, chimies, 50 x 50 x 180 cm Vue d'exposition, Festival Berlin Atonal 2019 © Rebecca Crawford

press to zoom

Aoriste, 2018, roche volcanique, dispositif sonore, 25 x 47cm Vue de l'exposition La region vaporeuse, Maison des arts, Malakoff

press to zoom

Chambre résiduelle, 2018, aquarium, socle, moteur, dispositif sonore, aspirine, 30 x 30 x 120 cm Vue de l'exposition La region vaporeuse, Maison des arts, Malakoff

press to zoom

Chambre résiduelle, 2018, Aquarium, socle, moteur, dispositif sonore, aspirine, 30 x 30 x 120 cm. Vue de l'exposition La region vaporeuse, Maison des arts, Malakoff

press to zoom

La fontaine hépathiques, 2018, végétaux panchroniques, lampes à sodium et UVB, terrariums, grillons Vue de l'exposition L'art dans les chapelles, Photo : Aurelien Mole

press to zoom

Accrétion, 2017, installation bétonnière, sable, charbon, roches volcaniques

press to zoom

Accrétion, Damkina, 2017, ciment, sable, encre de chine, pigments, terre, roches volcaniques, Ø 19 cm

press to zoom

Albedo 0,60, 2017, groupe frigorifique, cuivre, eau, encre de chine, bac polyéthylène, Ø 150 cm

press to zoom

Albedo 0,60, 2017, détail, groupe frigorifique, cuivre, eau, encre de chine, bac polyéthylène, Ø 150 cm

press to zoom

AKMUO, 2017, pierres, troncs, dispositif sonore, dimensions variables

press to zoom

La Siouva, 2017, en collaboration avec Anna Prugne, Production Artaïs, souche, branches, 260 x 300 cm Vue de l'exposition In-Natura, DOC de Belleville, Paris

press to zoom

Cladonia, 2017, diverses variétés de mousses et lichens, lampe de croissance, brumisateur ultrason, dimensions variables Vue de l'exposition "Mécanique des milieux continus", CAB, Grenoble, France

press to zoom

Cladonia, 2017, diverses variétés de mousses et lichens, lampe de croissance, brumisateur ultrason, dimensions variables Vue de l'exposition "Mécanique des milieux continus", CAB, Grenoble, France

press to zoom

Meteors Ascendances (Aarhus), 2016, cyanotype, 65 x 50 cm

press to zoom

Meteors Ascendances, 2016, cyanotypes, 65 x 50 cm Vue de l'exposition "Lithique", 2017, Galerie 22,48m², Paris, France

press to zoom

Still Alive, 2016, pierres calcaires, gouttes-à-gouttes, bouteilles, acide chlorhydrique, vinaigre cristal, eau, dimensions variables Vue de l'exposition "Géochronie", 2017, Galerie d'exposition du Théâtre de Privas / Espace d'art contemporain, Privas

press to zoom

Still Alive, 2016, pierres calcaires, gouttes-à-gouttes, bouteilles, acide chlorhydrique, vinaigre cristal, eau, dimensions variables Vue de l'exposition "Géochronie", 2017, Galerie d'exposition du Théâtre de Privas / Espace d'art contemporain, Privas

press to zoom

Ellipses, 2016, dispositif sonore, vidéo projection, plaque de béton, mine de plomb, dimensions variables

press to zoom

Particules#34, 2015, pierre, sablier, bois, granite à grains grossier, fait de cristaux de quartz, orthose et biotite

press to zoom

Particules#34, 2015, pierre, sablier, bois, granite à grains grossier, fait de cristaux de quartz, orthose et biotite

press to zoom

Particules#34, 2015, pierre, sablier, bois, granite à grains grossier, fait de cristaux de quartz, orthose et biotite

press to zoom

Frangula, 2014, racine, 170 x 230 cm

press to zoom

Érosion, 2014, céramique, dispositif sonore, structure en bois, 90 x 45 x 45 cm

press to zoom

Érosion, 2014, céramique, dispositif sonore, structure en bois, 90 x 45 x 45 cm

press to zoom

Sporophore, 2014, détail, installation sonore, troncs, champignons (amadouvier), gros sel, dispositif sonore

press to zoom

Cidade, 2014, gravats, briques, béton Vue de l'exposition "Feito por brasileiros", 2014, Cidade Matarazzo, São Paolo, Brésil

press to zoom

Spécimen, 2013, cubes de verre, dispositif sonore, eau, encre noire, structures rocheuses, chimie, aquarium 50 x 50 x 50 cm, socle 50 x 50 x 70 cm Vue de l'exposition "Derashine", 2013, Galerie des Grands Bains Douches de la Plaine, Marseille

press to zoom

Radiographie, 2012, réalisé avec Nicolas Montgermont, antenne décamétrique,amplificateur de fréquence, projection vidéo, 460 x 210 cm Vue de l'exposition “Continuum”, 2012, Centre d’art Rurart, Poitiers

press to zoom

Concrétion, 2012, groupe frigorifique, cuivre, humidité ambiante, 50 x 20 cm Vue de l'exposition "On ne voit pas passer le temps", 2012, Eglise Saint-Maur de Courmelois, Val-de-Vesle, France

press to zoom

Sablier, 2012, système frigorifique, 70 x 30 cm, glace, 60 x 40 cm Vue de l'exposition "Subfaciem", Palais de Tokyo, Paris, France

press to zoom
1/1

​Le travail de Cécile Beau, qui peut être défini comme relevant d'une "science-fiction pauvre", propose de véritables expériences sensorielles qui nous plongent dans des univers le plus souvent réalistes mais comportant un supplément fictif qui leur confèrent toute leur poésie. Végétaux ou minéraux sont ainsi mis en scène, dans des œuvres dont les titres mystérieux empruntent souvent aux langues étrangères. Comme dans un rêve éveillé, les racines des arbres pendent du plafond, des néons créent des coups de tonnerre, et toute une machinerie illusionniste à la Méliès se cache derrière des œuvres d'une troublante beauté. L'artiste "arpente le réel pour s'approvisionner en fragments" (Emile Soulier) afin de créer ces œuvres hybrides et énigmatiques générant des atmosphères fantomatiques.

 

Cécile Beau s'intéresse essentiellement à la notion de territoire ou de paysage comme appropriation mentale d'un lieu, ou comme outil pour atteindre un au-delà du visible. Des paysages dans lesquels toute présence humaine a disparu - ou peut-être n'a jamais existé -, des œuvres d'une poésie austère. Proposant des visions d'ensemble ou de détail, elle impose au spectateur de consacrer un minimum de temps à ses œuvres : en effet, ses images sont difficilement perceptibles, et ne se laissent découvrir que peu à peu, permettant d'appréhender les composants et les subtiles variations qui les unit. Un environnement sonore se laisse deviner, transformant peu à peu le rapport à l’œuvre en expérience totale. Des images à première vue familières (une forêt, le lit d'une rivière asséchée) basculent dans l'inconnu, offrant une hallucination visuelle et sonore tout en proposant un pan de nature sauvage dans un cadre urbain. 

[...]

 

Daria de Beauvais

bottom of page