Exposition collective
press to zoom
Exposition collective
press to zoom
Ivan Gontcharov
press to zoom
Exposition collective
press to zoom
Exposition collective
press to zoom
Salut c’est cool
press to zoom
Salut c’est cool
press to zoom
Perla Serfaty-Garzon
press to zoom
Caroline Delieutraz
press to zoom
Cécile Beau
press to zoom
Cécile Beau
press to zoom
Vera Kox
press to zoom
Exposition collective
press to zoom
Alain de Botton
press to zoom
Caroline Delieutraz
press to zoom
Néphéli Barbas
press to zoom
Paul Destieu
press to zoom
press to zoom
Gaston Bachelard
press to zoom
Jonathan Monaghan
press to zoom
Exposition collective
press to zoom
Bianca Bondi
press to zoom
Salut c’est cool
press to zoom
Jean-Baptiste Caron
press to zoom
Salut c’est cool
press to zoom
Xavier de Maistre
press to zoom
Vera Kox
press to zoom
Valérian Goalec
press to zoom
Salut c’est cool
press to zoom
Salut c’est cool
press to zoom
Horia Damian & Jean-Pierre Raynaud
press to zoom
Chloé Poizat
press to zoom
Exposition collective
press to zoom
Valérian Goalec
press to zoom
Paola Ciarska
press to zoom
Mona Chollet
press to zoom
Jonathan Monaghan
press to zoom
Claude Lévêque
press to zoom
Exposition collective
press to zoom
Jonathan Monaghan
press to zoom
1/2

#62

Nepheli Barbas, Cécile Beau, Charlie Boisson,
Bianca Bondi , Jeanne Briand,

Émilie Brout & Maxime Marion
Jean-Baptiste Caron, Paola Ciarska, Caroline Delieutraz,
Paul Destieu, Valérian Goalec, Arthur Hoffner, Vera Kox,
Claudia Larcher, Lucie Le Bouder, Claude Lévêque,
Jonathan Monaghan, Nelly Monnier, Chloé Poizat,

Chloé Royer, Salut c’est cool, Géraud Soulhiol,

Dagmar Weiss

CASA DOLCE CASA
10/09/2020 - 29/10/2020

vernissage jeudi 10/09/2020, 18h

commissariat de Rosario Caltabiano

​​​​​​​​

Habiter est un acte primordial qui touche à notre existence, à notre rapport à l’espace ainsi qu’au monde et à autrui. Difficile de percevoir la fusion qui nous lie avec notre cadre de vie, difficile de comprendre l’importance de « circonscrire cet abri où les hommes se retirent pour dormir et serrer ce qu’ils ont de plus précieux »¹.
Aussi peut-on comparer la maison au vêtement : quoique à un autre niveau, elle protège, dissimule, assure le bien-être du corps, et offre la possibilité d’une forme d’expression personnelle.
Dans l’exposition CASA DOLCE CASA, le visiteur qui franchit le seuil de la porte et écarte les rideaux est invité à imaginer pénétrer dans l’espace intime d’Ilia Ilitch Oblomov, personnage fictif du roman russe éponyme d’Ivan Gontcharov (1859) transposé à nos jours.

(1) Pascal DIBIE, Ethnologie de la chambre à coucher, Grasset, Paris, 1987.

DOSSIER DE PRESSE