Exposition collective
Exposition collective

Vue d'exposition

Exposition collective
Exposition collective

Vue d'exposition

Estrid Lutz
Estrid Lutz

Fading Sea, série Fade Away, 2019, résine époxy, pigments UV sensitifs, fibre de verre, mesh, impression jet d'encre sur film polyester, 150 x 105 cm

Estrid Lutz
Estrid Lutz

Fading Light, série Fade Away, 2019, résine époxy, pigments UV sensitifs, fibre de verre, mesh, impression jet d'encre sur film polyester, 150 x 105 cm

Exposition collective
Exposition collective

Vue d'exposition

Exposition collective
Exposition collective

Vue d'exposition

Exposition collective
Exposition collective

Vue d'exposition

Kristof Kintera
Kristof Kintera

Siliconum Urbanum, 2018, matériaux divers, 103 x 73 cm

Exposition collective
Exposition collective

Vue d'exposition

Kristof Kintera
Kristof Kintera

Siliconum Urbanum, détail, 2018, matériaux divers, 103 x 73 cm

Kristof Kintera
Kristof Kintera

Siliconum Urbanum, détail, 2018, matériaux divers, 103 x 73 cm

Kristof Kintera
Kristof Kintera

Siliconum Urbanum, détail, 2018, matériaux divers, 103 x 73 cm

Julie Villard & Simon Brossard
Julie Villard & Simon Brossard

Beefcake blossom I, 2019, métal, polyuréthane peint, résine, tissu, 145 x 120 x 70 cm

Exposition collective
Exposition collective

Vue d'exposition

Exposition collective
Exposition collective

Vue d'exposition

Exposition collective
Exposition collective

Vue d'exposition

Julie Villard & Simon Brossard
Julie Villard & Simon Brossard

Beefcake Blossom II, 2019, métal, polyuréthane peint, résine, tissu, 145 x 120 x 70 cm

Julie Villard & Simon Brossard
Julie Villard & Simon Brossard

Beefcake Blossom I, 2019, métal, polyuréthane peint, résine, tissu, 145 x 120 x 70 cm

Kristof Kintera
Kristof Kintera

Luximena Cupra, 2016-2019, matériaux divers, 103 x 73 cm

Kristof Kintera
Kristof Kintera

Typha Aluminia Volta, 2016-2018, matériaux divers, 103 x 73 cm

Estrid Lutz
Estrid Lutz

Fading Sea détail, série Fade Away, 2019, résine époxy, pigments UV sensitifs, fibre de verre, mesh, impression jet d'encre sur film polyester, 150 x 105 cm

Julie Villard & Simon Brossard
Julie Villard & Simon Brossard

Beefcake Blossom II, détail, 2019, métal, polyuréthane peint, résine, 65 x 120 x 70 cm

Julie Villard & Simon Brossard
Julie Villard & Simon Brossard

Beefcake Blossom I, détail, 2019, métal, polyuréthane peint, résine, tissu, 145 x 120 x 70 cm

1/1

#57

Estrid Lutz, Kristof Kintera,

Julie Villard & Simon Brossard
TRANSNATURA

Exposition collective

06/06/2019 - 27/07/2019

vernissage jeudi 06/06/2019, 18h

 

Commissariat de Rosario Caltabiano

Ce que Simondon pressentait dans son livre publié en 1969, est devenu réalité : plus l’objet technique évolue, plus il se rapproche d’un système naturel (1).

Auparavant, nous maintenions un dualisme entre produit de la nature et produit de la technè, mais ne sommes-nous pas aujourd’hui plongés dans un monisme radical ?

L’objet artificiel devient semblable à l’objet naturel en devenant autonome et en liant à lui ce dont il a besoin. On constate que, d’un côté, l’artificiel n’était autre que le prolongement du naturel et, de l’autre, que l’artificiel, par-delà son écart premier et, semble-t-il, irréductible au naturel, finissait par retourner vers celui-ci.

À ce propos, Bernard Stiegler affirme que “la technique soit en voie d’être intériorisée par le vivant lui-même” (2). Ainsi, une prothèse traditionnelle, comme un œil ou une jambe, qualifiée d’artificielle, se caractérisait par son extériorité essentielle entre elle et l’organe ou le corps qui la recevait. Alors qu’une greffe de gène ou la simple absorption d’une hormone de croissance ne peuvent plus avoir le même statut que l’artificiel traditionnel.

L’exposition collective TRANSNATURA veut nous montrer cette impossibilité de poser des oppositions entre un intérieur et un extérieur, le naturel et l’artificiel, un avant (la nature) et un après (la technique), le vivant et la machine.

Les différentes formes esthétiques proposées par les artistes Estrid Lutz, Krištof Kintera et le duo Julie Villard & Simon Brossard nous questionnent donc sur l’essence du vivant, de la technique, des machines, sur le rapport entre matière et vie.

(1) Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques [1958], nouvelle édition revue et corrigée, Paris, Aubier (« Philosophie »), 2012.

(2) François Bayle, Dominique Bourg, Régis Debray, Berbard Stiegler, (et al.) interrogés par Ruth Scheps, L’Empire des techniques, Paris, Seuil,

1994, p. 185.

DOSSIER DE PRESSE

Le vernissage sera organisédans le cadre de la Nocturne du GRAND BELLEVILLE du 6 juin de 19h à 22h.

En partenariat avec :

Logo Ambassade.jpg
LOGO_CC_PARIS.jpg
Blob 6-6-19.jpg