Caroline Pradal
Caroline Pradal

Vue d'exposition

Caroline Pradal
Caroline Pradal

Aphorismes, 2011, lettres noires, dimensions variables

Caroline Pradal
Caroline Pradal

Vue d'exposition

Caroline Pradal
Caroline Pradal

Médaillon bleu turquoise, 2011, plâtre, bois, Ø 30 cm

Caroline Pradal
Caroline Pradal

Aphorismes, 2011, lettres noires, dimensions variables

Caroline Pradal
Caroline Pradal

Médaillon vert cèdre, 2011, hêtre, plâtre, 25 cm x 35 cm

Caroline Pradal
Caroline Pradal

Médaillon jaune d’Orient, 2011, bambou, plâtre, 26 cm x 36 cm

Caroline Pradal
Caroline Pradal

Médaillon rouge gourmand, 2011, sapin, plâtre, 20 cm x 30 cm

Caroline Pradal
Caroline Pradal

Médaillon violet Palais du Louvre, 2011, hêtre, plâtre, 26 cm x 38 cm

Caroline Pradal
Caroline Pradal

Vue d'exposition

Caroline Pradal
Caroline Pradal

Vue d'exposition

Caroline Pradal
Caroline Pradal

Vue d'exposition

Caroline Pradal
Caroline Pradal

Alice, 2013, Encre de chine, vernis à ongles noir, 40 x 50 cm

Caroline Pradal
Caroline Pradal

Square, 2011, encre noire chaude, 30 x 30 cm

Caroline Pradal
Caroline Pradal

Sans titre, 2010, encre noire, rhodoïde, 21cm x 29cm

1/1

#5

Caroline Pradal

CŒUR D'OR ET TETE BRÛLÉE

Exposition personnelle

Commissariat de Rosario Caltabiano et Sarah Mercadante

03/03/2011 -26/03/2011

À 22,48 m², Caroline Pradal met en place un art du détail, un fragment de vie, de conte ou de rêve.

Sortis d’une page d’un roman fabuleux, les dessins au vernis à ongle noir, les médaillons en plâtre ou les phrases/aphorismes se déploient comme autant de propositions qui laissent imaginer à chacun sa propre histoire.

 

Le spectateur pourra également entrer dans un espace plus intime, insoupçonnable de l’extérieur. L’artiste y a installé une partie de ses textes de référence, qui seraient l’envers du décor de l’exposition, une invitation à s’asseoir, faire une pause, lire et entrer dans l’imaginaire de l’artiste.

 

L’œuvre de Caroline Pradal est sobre, précise et subtile. Elle suggère une légèreté teintée de merveilleux et nous fait poser la question : si tout n’était qu’un prétexte au plaisir d’un geste de sculpteur ou de dessinateur.