Vue d'exposition
Vue d'exposition
DSC_3720
DSC_3720
Vue d'exposition
Vue d'exposition

Jean-Philippe Basello, Signatures de Barack Obama, mine de plomb, 21 x 29,7 cm

Jean-Philippe Basello, Signature de Barack Obama Détail, 2015, mine de plomb, 21 x 29,7 cm

Jean-Christophe Norman, Ulysses, a long way 2012, tirages photographiques sur papier, 18,4 x 13,7 cm chacun

Jean-Christophe Norman, Ulysses, a long way Détail, 2012, tirages photographiques sur papier, 18,4 x 13,7 cm chacun

Caroline Delieutraz, À l’œil nu
Caroline Delieutraz, À l’œil nu

2012, mine graphite sur papier, fixation aluminium, 120 x 141 cm

Caroline Delieutraz, À l’œil nu
Caroline Delieutraz, À l’œil nu

Détail, 2012, mine graphite sur papier, fixation aluminium, 120 x 141 cm

Estefanía Peňafiel Loaiza, Cartographies 1. La crise de la dimension 2010, vidéo, 18 min et 40 sec, Courtesy galerie Alain Gutharc

L. Cathala, La correspondance II
L. Cathala, La correspondance II

2013, série de lettres-dessin, gouaches, crayons de couleurs, dimensions variables

L. Cathala, La correspondance II
L. Cathala, La correspondance II

Détail, 2013, série de lettres-dessin, gouaches, crayons de couleurs, dimensions variables

L. Cathala, La correspondance II
L. Cathala, La correspondance II

Détail, 2013, série de lettres-dessin, gouaches, crayons de couleurs, dimensions variables

Nicolas Aiello, Prospectus/Le Monde
Nicolas Aiello, Prospectus/Le Monde

Prospectus, 2011 Eau-forte sur vélin d’Arches, 46 x 56 cm Le Monde, 17 mai 2011 Eau-forte sur vélin d'Arches, 34 x 27 cm

V. Labaume, Carte du monde Triam
V. Labaume, Carte du monde Triam

1981, encre, feutre sur carton, letraset sur papier, 20 x 20 cm

1/1

#38

Nicolas Aiello, Jean-Philippe Basello
Laurence Cathala, Caroline Delieutraz
Vincent Labaume, Jean-Christophe Norman
Estefanía Peñafiel Loaiza

PAPEROLLES

Exposition collective

Commissariat de Camille Paulhan

24/03/2016 - 28/05/2016

PAPEROLLES réunit sept artistes autour d’un goût partagé pour une forme d’écriture dessinée, développée dans tous les médiums : dessin, bien entendu, mais aussi estampe, vidéo, photographie ou performance. Chez Marcel Proust, les paperolles sont de petits fragments de papier collés sur les feuillets du texte principal, en ajouts successifs, à la marge de la pensée première de l’auteur. Dans cette exposition, il est également question de ces marges, de l’écriture hors d’elle-même, de sa rondeur ou de sa nervosité, de son sens comme de son illisibilité. 


Dès le tournant des années 1960, des artistes comme Mirtha Dermisache avec ses graphies indéchiffrables, Palanc et ses alphabets imaginaires Ouvertitude et Fermotitude, Simon Hantaï avec sa mystique Écriture Rose, avaient ouvert un champ possible avec leurs transcriptions méticuleusement délinéées. Les « écrituristes » de cette exposition ne recherchent pas nécessairement à livrer une intimité par ce biais, mais plutôt un certain partage à partir d’expériences communes, des plus quotidiennes aux plus précieuses. 


Du plus petit dénominateur commun, la signature, exploitée par Jean-Philippe Basello, à l’immensurable des cartes figurant des espaces imaginaires chez Vincent Labaume, tous se penchent sur des fonctionnalités polymorphes du mot, de la phrase ou simplement de l’écriture : c’est ainsi la correspondance épistolaire chez Laurence Cathala, la lecture et l’appropriation de textes littéraires chez Estefanía Peñafiel Loaiza ou Jean-Christophe Norman, le flux des injonctions publicitaires chez Nicolas Aiello et enfin l’ascii art dans l’œuvre de Caroline Delieutraz.
 

DOSSIER DE PRESSE