Luce Moreau
Luce Moreau

Holes, 2012, installations vidéos, cadres numériques, en boucle, sans son

Exposition collective
Exposition collective

Vue d'exposition

Quentin Destieu & Sylvain Huguet, La refonte
Quentin Destieu & Sylvain Huguet, La refonte

La Refonte, 2014, sculptures, cuivre, aluminium, alliage, cables informatiques, dimensions variables

Exposition collective
Exposition collective

Vue d'exposition

Yann Leguay
Yann Leguay

Hardware, 2013, pierres gravées, dimensions variables

Yann Leguay
Yann Leguay

Hardware, détail, 2013, pierres gravées, dimensions variables

Exposition collective
Exposition collective

Vue d'exposition

Luce Moreau
Luce Moreau

Pulsar, 2012, vidéo HD, en boucle, sans son

Guillaume Stagnaro
Guillaume Stagnaro

Trois couleurs, sans fin, 2015, algorithme, tablette numérique, durée infinie

Son:DA
Son:DA

Object Nr_18, 2015, vitrail, verre, plomb, 50 x 120 cm

Son:DA
Son:DA

Object Nr_18, 2015, vitrail, verre, plomb, 50 x 120 cm

Exposition collective
Exposition collective

Vue d'exposition

Paul Destieu
Paul Destieu

Méditation sur la Méthode, 2013, data moshing, son stéréo, vidéo en boucle

1/1

#33

Paul Destieu, Quentin Destieu et Sylvain Huguet, Yann Leguay, Luce Moreau

son:DA, Guillaume Stagnaro

OCCUR

Exposition collective

Carte blanche à Otto-Prod

10/04/2015 -30/05/2015

Otto-Prod présente l’exposition collective occur, réponse à la carte blanche proposée par la galerie 22,48 m². À la fois artistes et producteurs, les membres du collectif Otto-Prod mêlent leurs recherches artistiques au corpus d’œuvres que l’association produit, diffuse et soutient. Il réunit ici les auteurs au croisement de leurs recherches pour partager une zone d’influence et en révéler les conjonctures.


Le titre occur est un appel à l’apparition d’un phénomène ; l’assemblage des sept œuvres exposées sous ce nom met en avant des occurrences de matière, d’espace et de gestes. Elles ont en commun la transmutation d’un état vers un autre, d’un medium vers un autre. 


Par la transformation radicale de sa forme, La Refonte ne conservant de l’objet initial que la matière première et la symbolique, opère une subversion technologique. Le vitrail réalisé à partir du fichier Object Nr_18 s’inscrit dans cette même relation entre écritures numériques et savoir-faire ancestraux ; rallonges électriques, prises et chargeurs envahissent l’espace pour accéder au statut d’icône. 


Certaines pièces explorent un entre-deux, dont elles maîtrisent ou subissent le milieu : Méditation sur la Méthode développe ainsi une forme de résistance du sujet face aux procédés de compression vidéo, lorsque Pulsar enregistre la lutte continue d’une caméra aux prises avec la lumière. De cette expérience, le capteur de l’outil garde la marque permanente, sorte de persistance rétinienne imposée par la suite aux rivages de Holes.


La corruption discrète du paysage se retrouve dans la série Hardware, pierres gravées à la main d’une annotation informatique ; elles sont prélevées, modifiées, puis pour la plupart réintégrées à leur site d’origine.  


Enfin, dans un espace mathématique simulé, l’artiste expérimente la création d’un univers à partir d’un algorithme simple (Trois couleurs, sans fin). On peut observer la lente transformation de ces pixels en expansion dans le temps de l’exposition, et dans l’espace fini du support.


occur donne à voir la matérialisation d’éléments aussi impalpables que la lumière, l’électricité, le numérique, qui comme autant de précipités chimiques se solidifient au contact les uns des autres

DOSSIER DE PRESSE