FR | EN

#42

Seizure (Pandinus Dictator), 2016. Photographie, tirage pigmentaire, 24 x 30 cm

Caroline Delieutraz
UNNAMED FEELINGS

20/01/2017 - 25/02/2017
Vernissage vendredi 20/01/2017


La galerie 22,48 m² a le plaisir de présenter la 3ème exposition personnelle de Caroline Delieutraz. L’artiste investit l'espace agrandi de la galerie avec des pièces inédites, poursuivant ses recherches autour des thématiques qui traversent l’ensemble de son travail : la circulation, la capture, la collection et l’altérité.

« Concevoir ce que pourrait être l'altérité radicale : le sceau de l'impossibilité qui frappe une telle entreprise en fait simultanément un inépuisable moteur de créativité. Si les anciennes divinités se chargeaient d'attiser la fonction fabulatrice, l'aura de mystère s'est déplacée. Sécularisée, redescendue sur terre, elle s'est nichée dans l'intériorité non moins hermétique d'un autre totem : la machine, fantasmée comme un organisme à part entière. Les mécanismes de projections, eux, demeurent sensiblement les mêmes. Car plus nous tentons de décrire ce qui nous élude, plus nous nous décrivons nous-mêmes. Jean Baudrillard ne laissait-il pas déjà entendre qu' « automatisme et personnalisation ne sont pas du tout contradictoires. L'automatisme n'est que la personnalisation rêvée au niveau de l'objet »¹ ? Les recherches de Caroline Delieutraz témoignent de ces enjeux : l'encryptage numérique de mythes immémoriaux et le réinvestissement d'affects primaires dans la technosphère.
Dès le titre de sa nouvelle exposition monographique à la galerie 22,48 m² se dessinent certaines des lignes de force qui orientent sa démarche. L'intituler « Unnamed Feelings », en référence à la chanson de Metallica The Unnamed Feeling, reflète le procédé de sampling des signes qui peuplent le quotidien que l'on retrouvera également dans la reproduction d'un motif de tapis Kilim ou la recontextualisation des filets de bagage SNCF. Ce faisant, Caroline Delieutraz met à jour certains pattern iconiques, cognitifs et affectifs qui circulent dans la culture visuelle contemporaine. Voir, penser et sentir dans un environnement médiatique nouveau, à travers des médias que nous n'avons pas encore tout à fait apprivoisés a forcément des incidences sur le contenu – sur le vu, le perçu, le ressenti lui-même. »

Extrait du texte d’Ingrid Luquet-Gad à lire en intégralité dans le dossier de presse.

¹ Jean Baudrillard, Le Système des objets, Paris, Gallimard, 2014, p. 158

VIDÉO
DOSSIER DE PRESSE


Vue d'exposition (photo : Aurélien Mole)

Vue d'exposition (photo : Aurélien Mole)




Fulgur (Pandinus Dictator), 2016.
Photographie, tirage pigmentaire, verre gravé, 
29,4 x 35,2 cm


Just The Fact Nothing But The Fact, 2016-2017.
Vidéo HD, 10 min 26 s
(photo : Aurélien Mole)


Vue d'exposition (photo : Aurélien Mole)


Black Armor, 2017. Éléments de carénage en plastique ABS, 160 x 180 cm  (photo : Aurélien Mole) 


Net (Pandinus Dictator), 2016.
Filet, téléphone portable, vidéo trouvée, 20 x 27 cm
Vue d'exposition (photo : Aurélien Mole)



Embbeded Files, 2015 - 2017.


Embbeded Files, 2015 - 2017


✨ Unboxing + tapping + whisper ✨ with Rikita ASMR, (Embedded Files), 2017.
Vidéo HD, casques audio, son binaural, 48 min 56 s





Blue Skins, 2017 (détail), tirage pigmentaire, 160 cm x 30 cm







http://www.studiodesplantes.fr/        https://www.facebook.com/bieresnimbus