FR | EN

 ART-O-RAMA, Marseille, Salon international d’art contemporain
30 août - 7 sept. 2013 (Weekend d'ouverture professionnel ouvert au public)
ESPACE JOSEPH, 116 rue de Turenne, 75003 Paris


Solo show : Claudia Larcher



Le travail de Claudia Larcher est lié principalement à l’architecture. L’artiste s’intéresse aux espaces en lien avec l’histoire, l’intime et la mémoire, questionnant par là les notions de “foyer” et d’”identité”. Ces dernières années, elle a travaillé dans le domaine du collage photo, de l’animation vidéo in situ et des installations. Elle fait aussi partie du collectif d’artistes PLINQUE depuis 2008. 

La vidéo HEIM et les photographies ARAKAWA-KU ont pour point commun la notion de «heim», un mot allemand qui désigne à la fois le pays où l’on naît, le village où l’on a grandi, mais aussi la maison où l’on a passé son enfance ou celle où l’on habite.



Claudia Larcher, ARAKAWA-KU, 2012/ 2013, C-Prints sur aluminium, 57 x 30 cm
Claudia Larcher, ARAKAWA-KU, 2012/ 2013, C-Prints on aluminium, 57 x 30 cm


Dans HEIM Claudia Larcher montre la maison paternelle : des espaces qui pour elle sont liés à des sentiments d’intimité, de familiarité et aux souvenirs. Les espaces qu’elle aborde sont d’une part des réalités topographiques, et d’autre part des espaces de projection, d’imagination et de mémoire.
Les constructions visuelles, qui mélangent images fixes et mobiles, créent une incertitude technique que nos yeux ne parviennent pas à discerner.
Doublées de bandes-sonores vrombissantes, ces animations vidéo révèlent minutieusement des fragments de la vie quotidienne, elles accentuent ce qui est familier; et simultanément ces mêmes images évoquent leur contraire, et construisent une perspective panoramique d’un tout imaginaire qui met à jour une inquiétante étrangeté.
ARAKAWA-KU est une série de photographies prises dans le quartier d’Arakawa-ku, situé au nord de Tokyo, dans lequel Claudia Larcher a vécu et travaillé durant six mois. Contrairement aux structures urbaines que l’on trouve en Europe, Tokyo est formé d’un assemblage de bâtiments indépendants. Ce que l’on voit sur les images, ce sont des habitations familiales, chacune construite individuellement. Les dimensions des différentes impressions diffèrent afin d’accentuer la singularité de chaque maison.

Chez Claudia Larcher, la réalité s’amalgame toujours avec un excès poétique et surréel. Entre la réalité et la fiction, on ne sait ce qui relève du vrai et du faux : les transitions, trop lisses et peu palpables entre les images fixes et en mouvement, font qu’on vacille toujours entre révélation et secret, entre idylle et horreur. 

(Yvonne Ruescher)



Claudia Larcher, ARAKAWA-KU, 2012/ 2013, C-Prints sur aluminium, dimensions variables.