.....................................
FR | EN

#14


Caroline Pradal,  Entre chien et loup, 2011, photographie.







hugues allamargot
nathalie bles
rada boukova
benjamin bruneau
fashion garage
françois fleury
dominique forest
sylvain gelinotte
élodie huet
stéphanie lefebvre
pierfrancesco lerose
pierre limpens
marc moret
otto muehlethaler
arnika müll
vladimir najmanc
caroline pradal


STOCK OPTION
exposition 
du 14 au 18 février 2012
vernissage le 13 janvier 
finissage samedi 18 février 18h-22h
une proposition de Caroline Pradal




Sur une proposition de Caroline Pradal, 22,48 m² invite quelques artistes étroitement liés à « La Générale » à s’approprier la totalité des mètres carrés mis à leur disposition.  Dès l’année 2005, ce collectif d’artistes s’est rassemblé sous l’appellation « La Générale ». Plate-forme de travail consacrée à la production d’œuvres et à l’organisation d’expositions, de concerts ou performances, hôte régulière d’artistes et de commissaires d’expositions français et étrangers, « La Générale » s’est rapidement forgée une place reconnue dans le réseau des jeunes scènes émergentes internationales.   Ce collectif d'artistes se transforme, s'adapte, s’amplifie, tout en répondant à un vrai besoin de rassemblement. Ils investissent de façon temporaire des espaces, comme la manufacture de céramique de Sèvres où ils travaillent actuellement.  Ces espaces éphémères se réduisent dans le temps, lorsque les propriétaires cherchent à se réapproprier les lieux. Dans un souci de renouvellement, d'expérimentation et d'expansion, la Générale cherche d’ailleurs actuellement un nouvel espace de travail qui lui permettra de poursuivre son engagement culturel.  Ces moments critiques confrontent ces artistes aux problèmes relatifs à une cohabitation étroite et forcée. L’hétérogénéité des productions d’un artiste à l’autre, le stockage des œuvres dans un lieu qui est aussi un atelier empiètent sur l’espace mental et physique de la production.   Le projet d’exposition au 22,48 m² veut commenter le conditionnement lié à la cohabitation et à la réduction d'espace. Il cherche à le voir comme une contrainte forte mais aussi nourricière pour le travail et la réflexion. Il est l’occasion pour les artistes de partager leur travail de création et de le confronter aux autres. La surface de 22,48 m² impose ainsi des solutions d’organisation et de cohabitation pour ces œuvres hétéroclites. Les artistes cherchent une hypothèse d’accrochage - prenant en considération l’ensemble disparate que constituent ces œuvres et leurs options de stockage dans un seul et même espace. STOCK OPTION, titre emprunté au champ lexical du monde financier comme un rappel à l’actualité, trouve ici une autre résonance.  Entre organisation et chaos les frontières sont floues, les solutions multiples. Stock Option est une installation en mouvement qui se poursuit tout au long de l’exposition, à la recherche de solutions alternatives, avec le risque peut-être de ne jamais trouver d’équilibre, et de rester dans un éternel « work in progress ».   L'exposition sera lancée par une performance de Fashion Garage lors du vernissage du 13 janvier. Ce même jour, d’autres galeries de Belleville font également leur vernissage (Galerie de Roussan, Galerie Samy Abraham, Galerie Jocelyn Wolff, Suzanne Tarasiève Paris/Loft 19).





Stéphanie Lefebvre,  2010, photographie