FR | EN

#1


 
4-25 novembre 2010
nombreuxnombrils
exposition
commissaire : bo-kyoung lee
vernissage jeudi 4 novembre 18h-21h
ouvert: de mardi à samedi de 15h à 19h30



Venez, Voyez, Montrez

Suite à l’installation vidéo 22,48m² pour___ programmée le 2 octobre dernier,  Nombreuxnombrils est l’exposition qui mettra réellement au monde le lieu 22, 48m². Il s’agit de photographies en noir et blanc de nombrils grandeur nature, prises depuis 2005 sur des personnes que l’artiste a rencontrées par hasard, ou qu’il connaissait déjà. Des cadres vides sont aussi là, qui seront remplis, durant le temps de l’exposition, par les nombrils photogéniques des visiteurs. Une installation vidéo diffusera également en boucle les images de ces nombrils.

Ces photographies, développées sur papier mat et découpées en forme de disques peuvent donner l’impression au spectateur d’être face à un trou au travers duquel il observerait le nombril de quelqu’un. Elles sont accrochées au mur en alignements d’une séquence variable d’unités par l’artiste Rosario Caltabiano, parfois juste trois ou quatre et parfois une dizaine, en intercalant les cadres vides destinés à recevoir les nouveaux élus. Rosario Caltabiano les présente comme s’il composait un message personnel avec des phrases écrites en mots-nombrils dans l’espace de l’exposition. Cela peut finalement nous évoquer une sorte de lettre rédigée en code morse, constituée de points et de tirets, qui nous transmettrait une histoire plutôt intime. Une histoire que les observateurs devraient cependant encore décoder en se la racontant eux-mêmes. Pourtant, vu la diversité de forme de ces nombrils, chacun d’eux peut prétendre raconter à lui tout seul quelque chose, capter nombrilliquement toute l’attention. Face à l’ensemble de cette scène, où se compriment et se concentrent une telle foule d’identiques se voulant différents, on peut se perdre un moment : suis-je vraiment devant des nombrils ?

L’écran de télévision qui se trouve à l’arrière de la scène, au bout d’un couloir étroit et sombre, diffuse une vidéo muette de ces images rondes, égrenées l’une après l’autre en un fondu-enchaîné. Lorsque nous regardons ces images qui changent en douceur, leur mouvement produit comme un murmure à notre oreille.

Pour la réalisation de ce projet, Rosario Caltabiano est parti très logiquement de son propre nombril. Chaque nombril sur le mur est présenté avec sa date et son lieu de naissance. Ces deux éléments sont significatifs : c’est l’enregistrement, situé dans l’espace et le temps, qui marque la naissance, la rupture qui fit d’un, deux. Chaque nombril est un divorce. Trace de la première d’une longue suite de douleurs, première blessure obligatoire pour qu’il y ait vie propre. Aujourd’hui, ces nombrils se voient rassemblés par les soins de Rosario Caltabiano, leur portraitiste. Présents comme des sortes de fossiles vivants, qui permettraient de remonter jusqu’à cette première rencontre avec le monde, de l’imaginer.

Dans le cadre de cette exposition, une cabine est installée comme une sorte de rudimentaire Photomaton, disposée dans un coin du lieu. Ce dispositif réduit de prise de vue permettrait d’organiser une rencontre intime, comme au confessionnal, entre deux personnes. La discussion pourrait presque virer à la confession. Ainsi, ce que l’artiste archive et grave, c’est aussi la trace du partage d’un vécu grâce au nombril.

Chaque nombril, venu d’un monde différent, joue ici son propre rôle, « dans le plus simple appareil ». Il n’a pour scène que la lumière de l’éclairage. Chacun joue le rôle principal, dans son propre monde, dont il est le centre.





Le lieu de l’exposition offre donc l’occasion à ces nombrils de suggérer tout un ensemble de souvenirs. Nombreuxnombrils devient le lieu qui rend possible leur assemblée, leur communauté, leur communion peut-être. Cela représente bien ce microcosme que 22, 48m² veut devenir au travers des divers projets qu’il mènera. Nombreuxnombrils met au monde 22, 48m².

Venez, Voyez et Montrez ! Ne laisserez-vous pas vous aussi votre trace, ne vous joindrez-vous pas à cette communauté de centres du monde rassemblés par Rosario Caltabiano ?
[LEE, Bo-kyoung]


Né en 1972 à Catane en Sicile. Après avoir obtenu un diplôme d'ingénieur au "Politecnico" de Turin en 1999, il décide d'entreprendre une recherche artistique en débutant dans la photographie. Il prend alors des cours avec Enzo Obiso, puis en 2008, obtient un master en Arts Plastiques à l'université PARIS VIII. Dans le cadre de ses études, son intérêt artistique s’élargit à la vidéo, au court-métrage, à l’installation, à l’intervention, à la photographie, au son et à l’écriture. Il vit et travaille entre Paris et l’Italie.