FR | EN

#39

vue d'exposition








 
08/06/2016 - 30/07/2016
Vernissage mercredi 08/06/2016

Géraud Soulhiol
ARENA
Exposition personnelle 


À la veille de l’ouverture de l’UEFA Euro 2016, célèbre championnat européen de football, Géraud Soulhiol nous ouvre les portes de son cabinet de contre-architectures dédié au monument fétiche de notre époque : le stade. L’artiste s’intéresse moins au sport qu’il abrite, qu’à son architecture comme opérateur à part entière du spectacle et du jeu. Objet de rayonnement politique et culturel, qui transcende les frontières et condense l’imaginaire collectif, le stade devient sous le crayon de l’artiste, le personnage principal d’un étonnant jeu de construction.
Géraud Soulhiol, Rio / São Paulo (série Derby), 2013, collage numérique, 
impression photo sur aluminium Dibond, 30 x 30 cm 

Intitulée ARENA, l’exposition présentée à la galerie 22,48 m² rassemble des œuvres de différentes séries, périodes et médias, comme une mise en abyme des hybridations de ses dessins de la série du même nom, qui imbriquent des architectures de diverses sortes et époques (stades, cathédrales, ou encore forteresses). Dans le prolongement de recherches initiées en 2013 avec Projet Arena présenté au « Festival Gamerz 09 » – Aix-en-Provence, l’artiste explore d’autres territoires plastiques (photomontages, maquettes 3D, holographie), afin d’ouvrir son œuvre à de nouvelles perspectives et dimensions. « Epine dorsale » de son processus créatif, le dessin reste cependant son moyen d’expression privilégié, le plus spontané et le plus direct pour donner forme à son répertoire d’hétérotopies. Tel un architecte un peu fou, Géraud Soulhiol donne à voir différents points de vues de sa collection de créations mutantes et anachroniques, touchant du doigt la possible réalisation de ses architectures aussi exubérantes qu’aberrantes. Véritables réminiscences des jeux de constructions ou de stratégie, les néo-tours de Babel dessinées par Géraud Soulhiol, évoquent les prouesses architecturales et les enjeux d’argent et de pouvoir, que cristallisent le stade, objet symbolique de nos sociétés urbaines entre local et global, passé et futur, modernité et ruine. 


Sonia Recasens