FR | EN


#52



Cécile Beau
Bianca Bondi
Émilie Brout & Maxime Marion
Jean-Baptiste Caron
Claire Chesnier
Caroline Delieutraz
Thierry Fournier
Jérôme Game
Carine Klonowski
Claudia Larcher
Lucie Le Bouder
Nicolas Maigret
Jeff McMillan
Jonathan Monaghan
Flora Moscovici
Bertrand Rigaux
Evan Roth
Géraud Soulhiol

FADING AWAY

Commissaires : Céline Flécheux, Rosario Caltabiano 


22/06 - 06/09/2018
Fermeture estivale de la galerie : du 29 juillet au 5 septembre 2018
Pendant cette période l'exposition FADING AWAY sera disponible exclusivement sur RV.
Ouverture en nocturne et dernier jour de l'exposition : 

jeudi 6 septembre de 14h à 21h avec les galeries du GRAND BELLEVILLE
 
22,48 m2 est heureuse de présenter Fading away, une collaboration avec la philosophe Céline Flécheux dont les recherches portent principalement sur l’horizon. À l’occasion de cette exposition sont réunis les artistes de la galerie ainsi que des artistes invités dont les préoccupations rejoignent le propos de Fading away.

L’horizon se définit comme le lieu où se rencontrent le ciel et la terre. Fréquemment associé au regard vague sur le lointain, il signale également un phénomène précis et réel, la limite du champ visuel de l’observateur, qui se déplace avec lui. L’horizon détermine, en retour, la place de l’observateur, c’est-à-dire son ancrage dans le monde. Par rapport à la Renaissance, moment où l’horizon fut pris en considération dans le champ pictural, la situation a considérablement changé. Non seulement pouvons-nous observer la Terre depuis le ciel, mais nous avons la possibilité de nous déplacer virtuellement  grâce aux technologies et aux écrans, nouvelles « fenêtres ouvertes » sur le monde. Nous voilà désormais propulsés dans des espaces d’où l’on peut observer l’élargissement considérable de l’horizon jusqu’à sa dissolution dans le ciel étoilé. Il n’en demeure pas moins que l’horizon a résisté à toutes les révolutions scientifiques et qu’il est, encore aujourd’hui, le support de puissantes rêveries artistiques. 
S’il apparaît comme une ligne, il n’y réduit pas. Nous avons tous fait l’expérience des couleurs qui s’éclaircissent dans la distance, lors de couchers ou de levers du soleil, quand la montée progressive de la lumière donne à sentir une immense expansion du monde. Un tel éclaircissement se voit dans la nature et dans l’art en un dégradé de couleurs pâlissant vers l’horizon (que les anciens ont nommé « horizon atmosphérique ») ; les objets y ont des contours moins nets, ils semblent moins consistants. Perdre en saturation colorée, pâlir ou faiblir dans le lointain comme une étoile perd sa brillance : telles sont les traductions possibles de Fading away